Article rédigé par

Publié le 22 Août 2016

Ce n’est pas une nouveauté, l’art est souvent vu comme une expression artistique néfaste pour notre environnement. Cette image négative étant alimentée par la pollution émise par les bombes aérosols utilisées pour les graphs urbains. Mais heureusement, Air-Ink est là !

Air-Ink - Graviky Labs - Image 1 KIOSK Magazine

Aficionados d’art urbain, le collectif Graviky Labs a trouvé une solution à ce problème après trois ans de recherches scientifiques. Ils ont ainsi développé un système permettant de récolter l’émission de CO2 produite par la plus grande cause de pollution, le parc automobile mondial. Leur système se positionne au pot d’échappement des véhicules – les fans de tuning sauront vous expliquer – afin d’y récupérer la suie de carbone émise par la combustion du carburant. Le système, dénommé Kaalink, est pour le moment uniquement disponible aux démonstrations privées.

Kaalink - Graviky Labs - Image - KIOSK Magazine

Air-Ink - Graviky Labs - Image 2 KIOSK Magazine

La suie de carbone est ensuite transformée en encre qui est introduite dans un stylo ou un spray; ces derniers contiennent l’équivalent de 30 à 50 minutes d’émission de carbone. Appelée Air-Ink, la technologie a fait ses preuves après une démonstration artistique dans une des villes les plus polluées au monde, Hong-Kong, où plus de 150 litres du produit ont été utilisés.

13355561-745024302307293-471083717-n_orig

Air-Ink - Image 3 - KIOSK Magazine

Le collectif travaille en parallèle sur Jackboy, un petit boîtier relié à votre téléphone via un signal audio (éliminant ainsi la Wi-Fi et le Bluetooth). Grâce à de nombreux capteurs sensoriels, ce dernier vous permettra ainsi d’en savoir d’avantage sur la qualité de l’air, votre taux d’alcool, l’état de votre peau, etc. Affaire à suivre !

Partager sur
Share on Pinterest
Partagez cet article avec vos amis










Submit
KIOSK Onze - En novembre sur KIOSKMAGAZINE.FR