David A.

Pour nos lecteurs français de KIOSK Magazine, peux-tu te présenter ?

Je suis David A, et je suis un producteur EDM / Dj. J’aime marcher le long de la plage et mon jeux vidéo favori est « Super Smash Bros 64 ». Je joue exclusivement avec « FOX » et j’adore réellement botter le cul de cet idiot de Pikachu à la face jaunâtre. J’ai commencé à produire ma musique quand j’avais 17 ans, outre la frustration de devenir un batteur de Death Metal. J’essayais de jouer de plusieurs instruments à la fois, et ainsi de pouvoir entièrement contrôler ma créativité. La production de musique a été une bonne voie pour moi afin de pouvoir m’exprimer.

Quel est le meilleur moment de ta vie, pour le moment ? (musicalement parlant)

J’essaye de faire que chaque jour, soit le meilleur jour de ma vie. Cela prend une bonne partie de mon temps. Mais je me rappellerai pour sûr le 18 Septembre 2012, quand Skrillex a posté mon premier morceau original sur sa page Facebook. Cela m’a vraiment aidé. Cela a été autour des 300 fans sur le coup, peux-tu imaginer ça ?!

Certains d’entre nous te connaissent depuis que tu as lancé ton morceau « Skrillehammer ». Peux-tu nous en dire plus à propos de ce son ? T’a-t-il ouvert une possibilité avec Skrillex ?

Ouais pas mal d’entre vous les gars me connaissent grâce à « Skrillehammer ». C’était mon premier morceau original. Moi et mon meilleur ami TB1 (Allez regarder son bordel, je produis chacun de ses morceaux) avons développé le concept ensemble. Nous avons des amis en Norvège qui nous ont envoyé un « Russ » d’un extrait vidéo, incluant la partie où Skrillex fait un freestyle face à la caméra. RB1 a donc eu l’idée d’en faire un sample et d’en faire par la suite un morceau. Je me suis assis sur l’idée pendant plusieurs mois, et j’ai finalement décidé de bosser sur ce projet l’été dernier. J’ai réalisé plus de trente mixes du morceau et j’étais jamais satisfait. Jusqu’au jour où TB1 m’a très simplement dit qu’il fallait que j’arrête de devenir une petite salope et que je devais le produire. Et voilà ce que ça a donnée en Septembre, je n’ai pas vraiment réalisé l’impact du boost de popularité qu’allait produire ce projet. Je n’ai pas vraiment de personnes qui me suivent, ni d’une équipe de management pour m’aider sur toutes les offres que je reçois.

Si tu avais la possibilité de réalisé un de tes rêves, lequel choisirais-tu ?

D A: Cela paraîtra assez ringard mais « Hey pourquoi pas ! » Je ressens sincèrement que je suis actuellement en plein rêve. Je me lève tous les matins avec un immense sourire au visage et je fais ce que j’aime tous les jours. J’ai des objectifs professionnels et personnelles que je souhaite accomplir d’ici les prochaines années, mais j’essaye de rester focaliser sur ce que j’ai besoin maintenant.

Est-ce que tu as plus de possibilités avec les filles depuis que tu es connu mondialement ?

Je n’ai jamais vraiment eu un problème avec les filles en général, mais j’ai appris à travers des expériences de merde que je ne peux pas être aussi naïf que j’avais l’habitude de l’être. Par exemple, j’ai craqué pour une fille, il y’a longtemps qui me connaissait surtout à cause de mon statut social et professionnel. Quand cette fille s’est rendu compte que « David A » et « David Audet » avait 2 entités différentes, elle en avait soudainement plus rien à faire de moi. Cette fille m’a fait me sentir comme de la merde pendant un certain temps, mais je suis heureux de ce qui s’est passé. Je suis maintenant habitué à ce type de personnes.

Que penses-tu des drogues ?

Je ne sais pas trop quoi répondre. Je pense que les drogues sont pour notre physique ainsi que pour notre mentalité, spécialement quand on est jeune. Je pense aussi que tout, autour de nous, est potentiellement dangereux. Penser combien le téléphone est aussi dangereux pour notre putain de cerveau, ou que le porno sur internet est entrain de ruiner l’idée du sexe sur la nouvelle génération ou bien même que les religions ne sont que des lavages de cerveaux pour notre foutue société. Si on devait juste parler de weed, je ne considère pas que cette plante soit plus dangereuse que l’alcool ou les clopes. Mais la légalisation de la weed craint un peu et c’est compliqué d’en débattre, c’est pour ça que je ne peux pas aller plus en détails sur mes pensées.

On va parler un peu plus de ta musique maintenant, quand as-tu commencé tes productions et avec quel matériel ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’ai commencé à 17 ans. J’ai acheté un « Reason 3 » et j’ai passé plusieurs mois à créer des loops de différents styles musicaux. Puis j’ai rencontré un rappeur Russe complétement fou et j’ai commencé à produire du Hip Hop pour lui. A 18 ans ; j’ai commencé pour la première un projet Electro Pop avec ce rappeur. J’ai travaillé dessus pendant 2 ans, par la suite j’ai rencontré TB1 et nous avons tout simplement fait de la musique. C’est le mec qui m’a vraiment aidé le plus dans ma carrière, je lui dois beaucoup. Il réalise actuellement le projet avec moi, en travaillant sur de nouveaux concepts, en écrivant de nouveaux couplets, m’aidé en dehors de ça et prendre soin de tous les visuels.

Que souhaites-tu faire dans le futur ?

Je veux juste continuer ç faire ce que je fais. Je veux continuer de faire de la musique, rien de plus simple que ça. Faire une tournée fait aussi partit de ma liste, à plus au moins court terme.

As-tu quelques choses à rajouter pour nos lecteurs de KIOSK ?

Ben vu que vous êtes un magazine français, je vais essayer de dire quelque chose en Français ! « Un gros merci à tous ceux et celles qui écoutent ma musique et qui encouragent le projet. Je me sens incroyablement chanceux d’avoir autant de support de la France. J’espère bientôt débarquer dans votre pays pour foutre le bordel avec vous ! » Merci du soutiens, et merci à toi Antoine.

— Interview réalisée en 2013, à l’occasion de KIOSK #8

Où retrouver David A ?
FACEBOOK     –     SITE     –     SOUNDCLOUD
Où retrouver TB1 ?
SITE