Article rédigé par

Publié le 13 Oct 2016

Nous sommes partis en pleine brousse à la rencontre de la faune sauvage qui a créé l’application Weeder. Un ours, un éléphant, un singe et un lion nous ont gentiment accueils dans leur territoire sacré. Depuis ce lieu majestueux dont nous tairons le nom et sa géolocalisation (faute d’avoir du réseau), nous vous avons ramené les réponses aux quelques questions que nous nous posions.

Pouvez-vous présenter Weeder ?

Weeder est une communauté anonyme d’entre-aide, fiable et responsable.

Comment avez-vous eu l’idée de Weeder ?

C’est le paresseux qui sommeil en chacun de nous qui nous en a parlé.

Comment s’est organisée la composition de l’équipe ?

Au début, l’équipe était composée d’un ours… seul. Qui coda, le soir et les weekends, la première version sur Androïd.
 En deux mois, elle était disponible sur le PlayStore. 
Beaucoup de monde se sont mis à ajouter le compte Snapchat weeder_app et l’ours s’est dit qu’il fallait continuer.
 Il a présenté le projet à un éléphant graphiste qui a adoré, qui s’est aussi mis a travailler la nuit et les weekends. En parallèle, de plus en plus de gens ont envoyé des cv sur hello@weeder.eu, et un petit singe avait un profil intéressant. 
Le petit singe, étudiant d’une école apportant la réponse, a rejoint l’équipe. Tous les trois, ils ont repris le projet à zéro, et il a fallu deux mois pour sortir la première version.

Il y a aussi un petit lion qui gravite et qui contribue au projet sur les aspect sémantique.

Avez-vous reçu des financements pour développer Weeder ?

NON. Juste de l’huile de coude.

Quelles sont vos objectif quant au développement de Weeder ?


Il y a une multitude de raisons (financement, aléas de la vie) qui pourraient stopper le projet.
Le fait est qu’en moins d’une semaine, on a fait quasiment 1000 téléchargements, sans marketing, sans opération, juste du bouche à oreille. On compte bien garder ce cap et cette vitesse de croisière pour amener Weeder dans chaque ville de France, pour devenir d’ici six mois l’application numéro 1 de la communauté.

Quelles sont les villes que vous visez ?

Pour l’instant, on se plait bien à Bordeaux ! L’accueil est chaleureux, les retours nous aident à améliorer l’application et nos centaines d’active users génèrent une croissance organique.
 On a déjà des demandes pour débloquer Marseille, Lyon, Lille, Angers, Paris, Montpellier, etc.

Pensez-vous développer Weeder à l’étranger ?

Pour l’instant notre public est français et on compte se concentrer sur eux.

Afin de reprendre la phrase culte des Inconnus, qu’est-ce qu’un « bon » weeder selon vous ?

Bon alors le bon weeder, il est sur l’appli et il parle avec les gens quoi. Alors que le mauvais weeder, il est sur l’appli, puis bon.. il parle aux gens mais voilà quoi.

Weeder fonctionne avec des crédits, envisagez-vous de mettre en place la possibilité aux utilisateurs d’en acheter ?

C’est une excellente question. Les crédits sont là en théorie pour assurer un équilibre dans l’usage de l’application. On réfléchit effectivement aux pistes de monétisation. On a hâte de vous proposer des fonctionnalités supplémentaires à débloquer ou à acheter. Quoiqu’il en soit, non financé, il faudra trouver un modèle de revenus pour l’application.

Sur quelles plateformes est disponible l’application ?

Sur l’AppStore.

Considérez-vous votre application comme une application « underground » ?

Non. On est juste une application home-made, sans budget et sans communication.
Bien au contraire, on travaille dur pour faire une application grand public dans laquelle les gens se reconnaissent et dans laquelle ils ont confiance.

Pour finir d’une manière musicale, quel titre représenterait au mieux Weeder selon vous ?

Issus de la jungle urbaine d’une autre époque, et pour faire honneur à l’année de naissance de notre singe:

Weeder en quelques liens

Disponible sur l'App Store
La jungle urbaine de Bordeaux
Site internet WeederFacebook Weeder
Partager sur
Share on Pinterest
Partagez cet article avec vos amis










Submit
KIOSK Onze - En novembre sur KIOSKMAGAZINE.FR