Article rédigé par

Publié le 18 Août 2016

Ceux qui sont addicts des séries télévisés (et surtout celles produites par Netflix), n’ont pas pu échapper à Stranger Things. Comme vous, nous nous y sommes intéressés d’un peu plus près afin de savoir ce qui produisait ce buzz autour de cette énième série « original Netflix series » à sensation.

« Ils ont donné comme références Richard Greenberg et tous les plus grands et ce qu’ils ont créé — The Goonies, Altered States, Alien, The Untouchables, The Dead Zone, juste pour en nommer quelqu’uns. »

Michelle Dougherty, directrice de Imaginary Forces

Stranger Things nous plonge en 1983 à Hawkins dans l’Indiana, un lieu homonyme dans cet état de l’Est américain. Nos premières impressions penchaient notre analyse vers une série d’épouvante, mais celles-ci ont été chamboulées dès les dix premières minutes du premier épisode. Basée sur une intrigue puissante et quasiment impossible à découdre (malgré des tonnes d’hypothèses), Stranger Things vous immerge dans un univers parallèle où les Goonies se retrouvent à la recherche d’un semblant de Lieutenant Ellen L. Ripley.

Après avoir visionné les deux premiers épisodes de la première saison, nous comprenons facilement la popularité de cette série sur internet. Que ce soit la réalisation, le casting, la bande originale, les effets, le rythme, etc. rien n’est à redire selon nous jusqu’au point d’avoir l’envie de ressortir l’Atari 2600 du grenier.

Le seul conseil que nous pouvons vous donner et d’enfourcher au plus vite votre bicyclette et de vous laissez guider par le halo lumineux du phare avant jusqu’au fin fond de la forêt d’Hawkins.

Pour les afficionados de Stranger Things, voici un petit lien qui saura vous ravir !

Partager sur
Share on Pinterest
Partagez cet article avec vos amis










Submit
KIOSK Onze - En novembre sur KIOSKMAGAZINE.FR