Article rédigé par

Publié le 30 Oct 2016

Base sous-marine, vendredi, 22h. Une étrange musique, grave et profonde émane des entrailles du bunker. C’est de la techno, et ça tape fort. Bienvenue à SUPER BETON première édition !

Pour la deuxième fois en quelques semaines, l’équipe de L’IBOAT quitte ses quartiers quai Armand Lalande pour investir, quelques longueurs plus loin, l’ancien bunker allemand, reconverti depuis en espace culturel. Après une soirée sous le signe du disco, où la légende Cerrone avait illuminé les 5 ans du bateau, c’est au tour de la techno de résonner entre les murs bétonnés de ce qui fut autrefois le théâtre d’opérations de l’Axe (c’est en réalité l’Italie qui occupa principalement la base). Conjointement organisée par L’IBOAT, l’association TRAFIC (spécialisée dans le développement des cultures électroniques et numériques) et la base sous-marine herself, la soirée se présente comme la première d’une résidence dédiée aux arts numériques et musiques électroniques. Dans un lieu si atypique, l’événement s’est montré un incontournable de la nuit bordelaise. Le line-up forcément en béton (pardonnez moi), rassemblait les italiens Tale Of Us ainsi que le prodige allemand Monoloc. Après un warm up bien senti assuré par le local Konkord, c’est bien le duo qui a fait monter la température d’un cran, et ce malgré le lieu ouvert. Fidèle à leur techno aussi minimaliste que mélodique, ils ont rapidement conquis une foule majoritairement venue pour eux. Finalement, c’est bien l’allemand qui s’est chargé d’achever la foule, encore nombreuse, avec sa techno sans concession. Rapide, puissant et imparable.

alexis-dupire-kiosk-magazine-super-beton-1-image-2

Le lieu, pourtant brut, a été parfaitement investi par l’équipe, avec une scénographie léchée et un coin chill plutôt agréable. Un système de projection de SMS sur un écran géant se chargeait d’occuper les gens nombreux à faire la queue aux toilettes, rigolo.

Seule ombre au tableau, les conditions météorologiques particulières ce soir là ont engendré un phénomène d’amplification du son qui s’est propagé des kilomètres à la ronde, causant des nuisances pour les riverains. La soirée fut donc écourtée pour terminer quinze minutes plus tôt. Gageons que les éléments se montreront plus cléments la prochaine fois.

Partager sur
Share on Pinterest
Partagez cet article avec vos amis










Submit
KIOSK Onze - En novembre sur KIOSKMAGAZINE.FR