Article rédigé par

Publié le 23 Jan 2017

Au commencement de cette nouvelle année et en plein milieu de l’hiver, les efforts écologiques reviennent sur le devant de la scène. Les discussions sont nombreuses et trouvent écho à toutes les échelles (mondiale, nationale, régionale…) ; mais qu’en est-il pour les individus lamba ? On vous voit venir « moi j’veux bien aider les pandas, mais j’ai pas le bras assez long« , détrompez-vous, c’est en unissant nos petits efforts qu’on fait de grandes choses ; et tout cela sans trouer vos poches et en restant connecté ! Appuyez sur  le bouton vert et découvrez ce que KIOSK a déniché pour vous !

Penchons-nous sur le cas de Zia, jeune étudiante s’installant enfin dans la métropole, qui décide d’acter dans tous les domaines de sa vie étudiante pour réduire son impact écologique. En premier lieux, elle souhaite choisir son espace de vie en relation avec les idéaux qu’elle compte y développer. Pour se faire, elle décide d’intégrer le monde des « Greeners » via l’application YesWeGreen, par ce biais, elle pourra découvrir grâce à la géolocalisation, les endroits susceptibles de l’aider à réaliser son projet d’aventure verte. Sa petite liste d’adresses utiles dressée, un appartement de classe énergétique A au croisement de lieux écolos déniché, elle part à la conquête d’idées vertes pour meubler son nouvel environnement. Mais pour se créer un nid douillet, est-elle obligée d’aller dépenser un budget faramineux ? Zia se gratte la tête et se renseigne.

Elle trouve alors nombre de solutions avantageuses pour décorer son appartement largement moins cher mais également écolo et en plus carrément stylé. D’abord, les services de dons sont nombreux, on citera ConsoRécup qui assure en plus la récupération de l’objet par envoi postal si vous ne pouvez pas le retirer sur place, et son petit frère ConsoLoc, plate-forme de location d’objets en tout genre (outils de bricolage…) où 100% des recettes sont touchées par le loueur particulier. Sur le même principe, on citera également SeMeubler.com, Fleximeuble, MyTroc.fr… nombre de sites qui permettent la circulation des biens, et les associations collaboratives germent également sur les campus comme des champignons. Du côté du troc, le réseau social MyRecycleStuff permet de trouver absolument tout. Un coup d’œil dans le grenier de Mémé Gertrude, un petit tour à la brocante du dimanche matin et le tour est joué. Un boudin de porte pour éviter les pertes de chaleur, un éclairage basse consommation, des multiprises pour empêcher les 10% d’énergie dépensés en plus à cause des appareils en veille et Zia se prélasse dans son nouveau cocon.

Il lui manque quand même le plus important pour les membres de le génération connectée : les appareils électroménagers mais aussi et surtout, le bon vieil ordinateur, compagnon indispensable pour la jeune étudiante qui s’apprête à rentrer dans l’arène des amphis. Après avoir déposé dans un point relais ses chers vieux objets électroniques qui ont fait leur temps, elle retrousse ses manches. Zia trouve contact avec un heureux propriétaire de machine à laver sur lamachineduvoisin.fr, ce qui lui permet à lui de boucler ses fin de mois en la faisant profiter de ce luxe et à elle de ne pas exhiber ses sous-vêtements à l’autre bout de la ville. Pour le high-tech, ConsOccasion permet les achats entre particuliers, sans commission et les prix sont souvent négociables, une perle pour les étudiants et ConsoRécup est spécialisé dans le matériel informatique. Zia elle, porte son choix sur les ordinateurs reconditionnés et testés par Emaüs, elle y installe un des nombreux moteurs de recherche écolo (Lilo, Ecogine, Ecosia, Ekoolos…) et choisit de soutenir tel ou tel projet grâce à son utilisation et se promet également de faire du tri dans ses mails le plus souvent possible pour éviter l’engorgement et la surchauffe des serveurs. Elle s’abonne également à des newletters pour lui rappeler de signer les pétitions qui l’intéressent histoire de rajouter une énième petite pierre à l’édifice.

Puis, pensant au premier jour à la fac, notre jeune étudiante décide de renouveler sa garde-robe. Elle file sous la douche qu’elle préfère au bain car moins gourmand en eau, se refait une beauté avec des cosmétiques homemade confectionnés grâce à des kits dénichés sur la toile, et observe avec attention son armoire. Ayant entendu parler de la tendance des vide-dressing, et plutôt qu’écumer les magasins, elle décide d’organiser un événement chez elle. Sur les réseaux sociaux, les groupes et les pages pullulent sur le sujet, elle s’associe donc avec deux autres jeunes filles en quête de renouveau vestimentaire. Fière de la deuxième vie qu’elle offre à ses nouveau vêtements et repue d’expérience, elle aurait presque oublié une des questions les plus importantes : où et comment se nourrir ?

Il faut dire que pour le coup, Zia trouve de l’aide avec une multitude d’applications : tout d’abord, elle se renseigne sur ce qui est de saison avec Fruits et légumes de saison, puis elle se documente sur les petits commerçants qui gravitent autour de son lieu de vie grâce à Refedd (le Réseau français des étudiants pour le développement durable), des paniers étudiants sont souvent disponibles au sein des facultés en rapport avec les agriculteurs du coin, ce que fait également La ruche qui dit oui. Et de son côté Attentionfragile.org lutte contre le gaspillage alimentaire et la précarité étudiante encore trop souvent connue par les camarades de Zia. D’ailleurs, quand cette dernière se voit être obligée d’aller au supermarché, c’est avec l’application Noteo qu’elle découvre la face cachées des étiquettes des produits qu’elle jette dans le caddie, du coup parfois elle les replace en rayon parce que c’est pas joli-joli même quand c’est estampillé bio. Parce que Zia aime bien pousser le bouchon surtout quand il est recyclé, elle décide de profiter de la bonne exposition de son appartement pour installer derrière une fenêtre une petite serre personnelle. Un petit tour dans un magasin de jardinage et quelques temps après des tomates cerises, des fraises et de la menthe tout ce qu’il y a de plus frais et sain viennent s’ajouter à ses recettes. Et comme elle fait pas les choses à moitié, Zia clos le cercle vert avec un petit composteur d’appartement. Ajouté au tri et à l’évitement des emballages accessoires, Zia a réduit considérablement ses déchets.

Sauf que rentrée scolaire rime avec achats de livres en tout genre, certains souvent chers et pas beaucoup utilisés. S’il n’existe pas de pages sur les réseaux sociaux dédiées à votre filière, nombre de solutions d’offrent aux étudiants : échangent, trocs, reventes et achats d’occasion, il y en a pour tous les goûts (Sellit, DigiTroc, getboox.com…), et pour les plus pressés, les recherches en ligne de bibliographies, de cours, de vidéos et de mises à niveau sont également à disposition (netprof.fr, openclassrooms.com…). Arrive l’envie de rentrer dans son petit village de Creuse, outre le très connu Blablacar duquel on ne présente plus le covoiturage, Zia se penche sur l’auto-partage qu’a mis en place deways.fr pour propriétaires de véhicules ne s’en servant pas quotidiennement et les conducteurs ne disposant pas de leur véhicule personnel.

Fière de ses projets respectueux de l’environnement qu’elle a su mener à terme, la jeune étudiante les partage avec sa famille, et les questions fusent « mais comment as-tu pensé à tout ça et réussi à le mettre en oeuvre? » ; levant les yeux au ciel, elle les invite à télécharger Ipollute pour qu’ils se rendent compte de leur impact sur l’environnement, et 90 jours qui leur permettra sous forme de défis à relever d’avancer dans leur démarche écologique. C’est grâce à tous ces bras tournés dans le même sens que les pandas continuent à tendre les leurs vers de fraîches pousses de bambous.

Partager sur
Share on Pinterest
Partagez cet article avec vos amis










Submit
KIOSK Onze - En novembre sur KIOSKMAGAZINE.FR